« Elle émergea des ombres du soleil couchant et s’empressa de disperser le reste de mes agresseurs. Ses mains tenaient des arbalètes, elle tira une volée scintillante de carreaux enflammés qui passèrent en sifflant au-dessus de ma tête et se fichèrent dans le corps massif des monstres. »
Extrait du manuscrit d'Abd el-Hazir

Mon voyage dans les terres gelées et abandonnées connues sous le nom des terres de l’Effroi vient de se terminer. Cet endroit était autrefois magnifique, mais il fut ravagé par une grande calamité il y a bien longtemps. Aujourd’hui, seules subsistent des cités en ruine et des paysages calcinés, rien ne saurait y survivre. Alors que je me dirigeais vers le village de Bronn pour y passer la nuit, j’ai découvert à mon arrivée une scène de dévastation comme je n’en avais jamais vue. J’aurais dû m’enfuir au premier signe de danger, mais ma curiosité m’a retenu.

La plupart des bâtiments de la ville avaient été réduits en poussière, quelques poutres brûlées indiquaient qu’ils se dressaient autrefois. La poussière me déchirait les poumons. Il y avait des cadavres partout, certains étaient démembrés, d’autres à moitié dévorés. La ville était déserte.
C’est ce que je croyais.

L’auberge était un des derniers bâtiments qui tenait encore debout. De ses ruines surgirent de monstrueuses créatures à la peau grisâtre, hurlant dans une langue infernale. Créées pour le combat, elles n’étaient qu’un amas grotesque de chair et de muscles. Tétanisé, je restais sur place tandis que les monstres s’approchaient. Le premier à arriver à portée attrapa ma cape et me souleva du sol, ses griffes labourant mes vêtements et ma peau. je fus pris de convulsions sous l’effet de l’odeur putride de cher pourrie de son haleine qui glissait sur mon visage. Sa bouche grande ouverte, je pouvais apercevoir des rangées de dents acérées, jaunâtres et tachées de sang. Je n’avais à ce moment qu’une seule pensée pour le gâchis que représenterait ma disparition, ce qui impliquerait que ma voix ne vous illuminerait plus jamais, mes chers lecteurs.

J’entendis alors un bruit sec, un carreau d’arbalète sortit de l’œil de la bête qui me faisait face. Mon visage fut ainsi arrosé de son sang bouillonnant. La créature poussa un hurlement inhumain, me jeta au sol et tenta d’arracher le carreau. Les autres monstruosités cherchèrent des yeux ce mystérieux attaquant et elles m’oublièrent pour quelques instants. Je tournais ma tête dans tous les sens pour essayer de voir d’où ce carreau était parti.

C’est ainsi que je vis un chasseur de démons pour la première fois. La fille ne pouvait avoir plus de vingt ans. Elle émergea des ombres du soleil couchant et s’empressa de disperser le reste de mes agresseurs. Ses mains tenaient des arbalètes, elle tira une volée scintillante de carreaux enflammés qui passèrent en sifflant au-dessus de ma tête et se fichèrent dans le corps massif des monstres. Chaque tir toucha sa cible et la plupart des bêtes cornues tombèrent au sol. Du coin de l’œil, je vis que plusieurs des brutes sauvages l’avaient contournée et s’apprêtaient à l’attaquer par derrière. Ma voix se brisa tandis que j’essayai de l’avertir d’un cri. Je n’aurais pas dû m’inquiéter, rien ne lui avait échappé. La chasseuse attrapa trois étranges sphères métalliques et les lança aux pieds des monstres, qui regardèrent au sol au moment où les engins explosèrent et les étourdirent, dans un fracas de feu et de lumière. Mon alliée eut donc le temps de les occire et ils tombèrent un par un sous ses traits.

Elle jeta un dernier regard à la ville, elle semblait satisfaite que toute trace de danger soit écartée. Elle s’approcha, remuant tristement la tête. Son visage laissait paraitre une déception profonde, elle rangeait les carreaux dans ses carquois, cachés sous les plis de sa cape.

« Aucun survivant », déclara-t-elle amèrement.

Ils s’appellent eux-mêmes les chasseurs de démons, un groupe de combattants fanatiques qui ont juré d’éradiquer toutes les créatures venues des Enfers ardents. Il existe quelques centaines de chasseurs de démons, ils ont établi leur base d’opérations dans les terres de l’Effroi, ce qui leur permet de vivre et de s’entrainer sans craindre l’intervention d’une nation qui verrait d’un mauvais œil l’existence d’une telle organisation sur son sol. Cependant, plus de la moitié des chasseurs sont envoyés en mission à travers le monde, traquant les créatures de l’enfer. Chaque chasseur a en lui une force qui lui permet de résister à la corruption démonique et à la folie dans laquelle sombrerait toute personne normalement constituée. Ils cherchent sans cesse à développer cette force, car c’est elle qui leur permet de se servir de la puissance démonique. Cependant, leur force et leur mission ne constituent pas le lien qui les unit tous.

Cette nuit-là, la fille me parla de sa vie, de l’attaque de sa ville par les démons, alors qu’elle n’était qu’une enfant. Elle fut témoin de la destruction de son foyer par les monstres, qui brûlèrent sa bourgade. Toutes les personnes qu’elle connaissait et aimait moururent au cours de cette nuit. Les démons lui avaient tout pris, elle aurait dû mourir avec ses proches, mais elle s’enfuit et échappa aux créatures de l’enfer pendant plusieurs jours. Elle fut ensuite recueillie par un chasseur de démons, qui vit la force qui coulait dans ses veines et l’accueillit dans sa confrérie. Chaque chasseur de démons a une histoire similaire, me dit-elle. Ils sont les survivants, en quête de vengeance

Background

Les chasseurs de démons sont un groupe de guerriers fanatiques qui n'ont qu'un seul but: la destruction des créatures de Burning Hells. Ils ont élu domicile dans les régions frontalières, à l'écart de la juridiction de toute nation. A tout moment, plus de la moitié d'entre eux peuvent être envoyés dans diverses parties du monde. Il y a quelque chose dans tous les chasseurs de démons qui leur donne la force de résister à la corruption démoniaque qui conduirait de n'importe quel homme à la folie. Ils excellent dans cette faculté de résistance qui leur permet d'utiliser le pouvoir des démons comme une arme. Mais leur mission et leur pouvoir ne sont pas tous qui les unissent.
La chasseresse de démons dans Diablo III s'enfuit de son village comme un enfant lors d'une invasion démoniaque. Elle a été la seule survivante. Après quelques jours, elle a été trouvée par un chasseur de démon et a été prise sous son aile. Comme chaque chasseur de démon a une histoire comme celle là, il est possible que le background pour le personnage masculin soit similaire.

  • C'est une classe à distance rapide, mystérieuse, sombre et médiévale, elle utilise des gadgets et des pièges
  • Elle peut manier des arcs et des arbalètes, c'est la seule classe capable de porter une arbalète dans chaque main.
  • Elle a recours à la magie des ombres et à la magie noire
  • Ils ont vu leurs familles massacrée par des démons et ont soif de vengeance
  • Les chasseurs de démons sont nomades, ils recrutent et forment d'autres chasseurs lors de leurs voyages
  • Ils ont des yeux scintillants guidés par des forces sombres

Compétences


« Le son des os qui craquaient à chacun de ses coups se mêlait à un autre, que j’avais peine à croire : le moine riait tout en se battant. Un par un, il se débarrassa de ses ennemis jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un. »
Extrait du manuscrit d'Abd el-Hazir
Les dernières semaines de l’automne s’étaient posées sur Ivgorod, et le premier souffle de l’hiver avait pénétré l’air. Alors que la nuit tombait et que le soleil plongeait sous l’horizon, je n’étais que trop heureux de trouver refuge dans une taverne. En entrant, je remarquai une certaine tension dans la pièce. Malgré l’heure, elle était loin d’être remplie. Seuls de petits groupes éparpillés étaient rassemblés autour des tables le long des murs. Les bancs du centre de la pièce étaient vides, à l’exception d’un seul homme.

Cet homme semblait ignorer le froid. Il était habillé comme un mendiant, avec pour presque seul vêtement un drap orange enroulé autour de son corps, qui laissait la moitié de sa poitrine découverte. Un collier de grosses perles de bois était pendu à son cou. Sa tête était entièrement rasée, à l’exception d’une barbe broussailleuse. Soudain, je vis ce qu’il était : son front était orné de deux points rouges tatoués, l’un plus grand que l’autre. Comme tout étudiant avisé des peuples et des cultures de ce monde devrait le comprendre, cet homme était l’un des moines d’Ivgorod, les mystérieux et solitaires guerriers saints de cette contrée.

J’avais entendu d’innombrables histoires sur ces moines, toutes incroyables, des récits qui avaient probablement été considérablement enjolivés. La peau des moines, disait-on, était aussi dure que le fer, impénétrable à la lame de n’importe quelle épée ou à la pointe de n’importe quelle flèche, et leurs poings pouvaient briser la pierre aussi facilement que vous ou moi casserions une brindille. Bien que l’homme à l’allure modeste qui se trouvait devant moi ait semblé très éloigné de ce que j’avais lu ou entendu à leur sujet, je m’approchai avec prudence, en glissant le long du banc en face de lui, impatient de prendre sa mesure. Il me fit signe d’avancer d’un petit signe de la main.

« Ah, une âme assez courageuse pour s’asseoir à mes côtés. Approchez, mon ami. »

De la nourriture fut posée devant moi, mais je n’avais guère d’appétit, préférant me concentrer sur les détails de la vie du moine. Il me parla de sa croyance en l’existence de mille et un dieux, qui selon lui se trouvaient en toutes choses : le feu dans l’âtre, l’eau de la rivière et l’air que nous respirons. Voilà qui suffit peut-être pour une belle histoire. Mais tout individu doté de raison doit sûrement, comme c’était mon cas, se rire d’une telle conception du monde, relevant presque de la superstition. Il poursuivit en décrivant son intense entraînement mental et physique, sa quête infinie pour transformer son esprit et son corps en un parfait instrument de la justice divine. Bien que je me demande franchement pourquoi ses mille dieux auraient besoin d’un homme mortel pour exécuter leur volonté. Lorsque je lui demandai pourquoi il ne portait pas d’épée, ni même aucune arme, il répondit simplement : « Mon corps est mon arme. » Puis il leva la main et se tapota le front en ajoutant, « Tout comme mon esprit. »

J’étais loin de m’attendre à avoir l’honneur d’assister à une démonstration de cette maîtrise.

Un groupe d’hommes s’approcha de notre table, jetant mon livre par terre et me poussant hors de son chemin. Ils sortirent des couteaux et autres armes, et s’avancèrent. Leur seul point de mire était la silhouette solitaire du moine assis en face de moi. Je m’abritai sous la table, présageant ce qui allait suivre. J’observai la scène et, comme suivant un signal invisible, ils se lancèrent à l’attaque. Sans se lever de son siège, le moine bloqua le brusque coup de poignard du premier homme en l’attrapant par le poignet et en le jetant négligemment par-dessus son épaule, le projetant sur une table dans un grand fracas. Le caractère inattendu de l’attaque du moine paralysa momentanément les hommes, et tandis qu’ils restaient plantés là, il se leva.

C’est alors que le chaos se déchaîna.

Le moine était une masse fluide d’énergie contenue, affrontant chaque attaque sans presque le moindre effort. Il se battait à l’aide de ses mains et de ses pieds d’une façon que je n’avais jamais vue auparavant. J’avais assisté dans ma vie à nombre de bagarres d’ivrognes dans des tavernes, mais ceci n’avait rien à voir. Le son des os qui craquaient à chacun de ses coups se mêlait à un autre, que j’avais peine à croire : le moine riait tout en se battant. Un par un, il se débarrassa de ses ennemis jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un.

Celui-ci ramassa une chaise et la lança vers le moine. Le moine avança le bras et toucha le projectile, frappant le chêne massif de son poing fermé. Le bois explosa, des éclats emplirent l’air tandis que les morceaux brisés de la chaise tombèrent au sol autour de lui, inoffensifs

« Tu n’arriveras pas à me berner, démon », cracha le moine. Il replaça ses bras le long de son corps, puis étendit ses mains devant lui et commença à lancer une incantation. Un halo de lumière blanche apparut autour de sa tête, puis grandit et se fit plus intense jusqu’à englober complètement son corps. Il rugit, et la lumière fut projetée vers l’extérieur. Lorsqu’elle déferla sur l’autre homme, sa peau tomba en morceaux pour révéler un démon à la peau rouge, et la créature fut projetée à travers les portes de la taverne.

Le moine se précipita vers lui, mais ses mouvements étaient trop rapides pour que je puisse les discerner. On aurait dit qu’ils étaient sept à rouer de coups le démon, de tous les côtés. Chancelant, le démon trébucha. Le moine le saisit par le cou et sourit tout en ramenant en arrière son bras libre. L’énergie crépitait, sa main ouverte flamboyait. Il poussa sa paume en avant, et, lorsqu’elle frappa le démon, son corps explosa : muscles, peau et os furent mis en morceaux, et une odeur de chair brûlée emplit l’air. Je ne l’aurais pas cru si je ne l’avais vu de mes propres yeux. Il semblerait que les histoires au sujet de ces guerriers sans égal n’aient pas été aussi exagérées que je l’avais d’abord pensé.

Background

Le moine de Diablo 3 une classe de personnage hybride mêlée/caster, c'est à la fois un redoutable lanceur de sort et un excellent combattant au corps à corps mais cependant plus fragile que le barbare. Avec un style vestimentaire emprunt aux moines Shao Lin, il se bat comme un véritable expert des arts martiaux. Si on devait le comparer à un personnage de Diablo 2, il serait assez proche de l'Assassin et du Paladin.

Le moine sert les Elder Monks du monastère qui cherchent à détruire le mal sous toutes ses formes. Il se considère comme l'arme des dieux contre tout ce qui est mal. C'est un homme calme, patient et bon qui aide ceux qui souffrent, sans aucune haine contre quiconque, contrairement au barbare. C'est un adepte des arts martiaux qui est capable de vaincre de multiples ennemis sans l'aide d'armes.

Leonard Boyarsky, le lead story designer de Diablo 3, nous parle du moine: "Le Moine provient d'un endroit appelé Ivgorod, vous savez quand nous avons commencé à imaginer l'histoire d'un moine, nous ne voulions pas qu'il soit considéré comme un moine classique. Au sein de Blizzard nous aimons faire les choses un peu différemment. Nous avons donc pensé qu'il serait intéressant d'imaginer un moine dont les origines remonteraient au moyen-âge du 13ème siècle et de le combiner avec un style plus orientale, non seulement en termes de look, mais aussi en termes de valeurs philosophiques. Ce qui donne au final un personnage ancré dans la philosophie orientale dont la vie se base sur un système très organisé de croyance religieuse".

Jay Wilson, le Game Director de D3, dans une interview accordée au site jeuxvideo.com, revient sur les techniques de combos du moine. "Le moine utilise principalement la magie sacrée et des coups rapides issus des arts martiaux. Il est très doué pour le combat au corps à corps. Les coups typiques du moine sont plus précisément des combos. C'est-à-dire qu'à chaque fois que vous portez un coup, vous progressez dans une combinaison. Un pouvoir peut se terminer de différentes manières. A titre d'exemple, prenez le talent nommé "way of the hundred fists". Le premier coup sera une sorte de glissade vers l'adversaire ciblé. Puis vous allez donner un bon paquet de coups à tous les ennemis qui vous font face dans la phase dite de "la centaine de coups de poing". Enfin, vous finirez ce combo par un ultime coup qui fera exploser le monstre devant vous provoquant des dégâts de zone. C'est un pouvoir assez marrant. Un autre talent, qui n'est pas un combo celui-ci, se nomme "Seven sided strike". A chaque fois que le moine exécute ce coup, cela rappellera des souvenirs aux joueurs de Diablo qui ont encore en mémoire le sort de "Chain Lightning". Ce sort envoyait un éclair sur un ennemi qui rebondissait pour aller toucher d'autres adversaires. Dans le cas qui nous intéresse, c'est assez semblable, sauf que cette fois-ci, le moine joue le rôle de l'éclair. Il va se téléporter d'un ennemi à l'autre pour porter les coups."

Même si de nombreux mouvements du moine tirent leurs influences des styles agiles et rapides classiques, il reste un combattant sacré. La magie sacrée est présente dans chacune de ses techniques, il combine les arts martiaux au châtiment divin. Le moine préfère la vitesse à la force brute, mais cela ne veut pas dire qu’il n’est pas capable de s’occuper des hordes d’adversaires qui l’attaquent.

Compétences

Dévoilé lors de la BlizzCon 2009 en août dernier, la quatrième classe de personnage de Diablo 3 (qui en comportera cinq au total) n'est apparue qu'avec 8 sorts jouables. A l'heure actuelle, les autres sorts ainsi que les noms des différentes branches de sort sont encore enfermés dans les tiroirs des développeurs. Les techniques du moine et son système de combo en font un personnage dont la prise en main sera un peu plus complexe que celle des autres héros du jeu, mais qui, bien maîtrisé, pourra déchaîner des dégâts vraiment dévastateurs contre les hordes démoniaques.

Arbre AArbre BArbre C

« J'étais venu voir de mes yeux les barbares, ces légendaires furies guerrières, massives et inébranlables, défendant grâce à leurs lames jumelles leurs terres sacrées du mont Arreat. »
Extrait du manuscrit d'Abd el-Hazir
Mes voyages m'ont emmené aux quatre coins du monde, dans ma quête de recenser ses divers habitants, civilisations et animaux. Mais jamais je n'avais senti une telle détresse qu'en me tenant sur les remparts de l'ancienne forteresse de Fort-Bastions. J'étais venu voir de mes yeux les barbares, ces légendaires furies guerrières, massives et inébranlables, défendant grâce à leurs lames jumelles leurs terres sacrées du mont Arreat.

Au lieu de cela, je me suis retrouvé devant les restes d'une montagne déchirée par une force inimaginable. Je dois bien l'admettre, ce tableau dépasse mes capacités d'assimilation. Et pourtant, il est là, devant moi.

Que s'est-il réellement passé ici ? Où sont donc les majestueux guerriers d'antan ?

Bien qu'ils n'aient été considérés jadis que comme de simples envahisseurs assoiffés de sang, l'histoire noble et ancienne de ce peuple fier est maintenant reconnue comme il se doit. Et c'est là que réside la plus grande tragédie : ceux d'entre nous qui se rappellent la noblesse des barbares se souviendront également de ce qu'ils appelaient leur « veille ». Ce concept était au cœur même de leur culture. Ils considéraient comme leur devoir sacré de protéger le mont Arreat et le mystérieux objet qu'il abritait. Les barbares croyaient que s'ils n'accomplissaient pas leur devoir, ou s'ils n'étaient pas enterrés selon la règle sur les pentes du grand mont, ils seraient privés de la mort d'un vrai guerrier et leur esprit errerait sur la terre, dépouillé de tout honneur, pour l'éternité.

S'il reste des barbares en vie, ils doivent être dans le désespoir le plus complet. C'est peut-être ce qui est à l'origine des rumeurs qui parlent de créatures monstrueuses, semblables aux barbares par leur taille et leur férocité, mais qui ne sont en réalité que de vulgaires bêtes inhumaines dénuées de raison. La destruction de leur foyer, mais aussi du socle de leurs croyances même, pourrait-elle avoir précipité cette merveilleuse race aussi bas?

Background

Le barbare est une brute sanguinaire, il a tendance à frapper avant de dialoguer avec ses ennemis. Seul problème, après avoir déchainé sa force, il ne reste plus grand monde pour lui faire la conversation. Le barbare de Diablo III est une version améliorée du barbare de Diablo II. Il a gardé certaines aptitudes comme Whirlwind et Leap Attack, mais a acquis toute une série de nouvelles compétences. En tant que pure classe de mêlée, le barbare ne dispose pas de mana mais d'une ressource alternative que l'on appelle Fury. Son globe de Fury se rempli lentement et plus rapidement lorsque qu'il reçoit des dommages.

Compétences

Les compétences du barbare sont classées dans trois branches distinctes : Battlemaster, Berserker et Juggernaut. La branche Berserker lui donnera des bonus d'attaque et de vitesse, celle de Juggernaut renforcera la puissance de ses coups et améliorera sa capacité à rester en vie, et le Battlemaster quant à elle, est une branche plus versatile, contenant des buffs, debuffs ainsi que quelques attaques. Ces trois branches ont une combinaison de compétences actives et passives. Les compétences actives sont utilisées au combat, tandis que les compétences passives augmentent ou changent le comportement des compétences actives. Passez votre souris sur les différentes aptitudes pour en connaître les détails.

BerserkerJuggernautBattleMaster

« Comme si tout cela ne suffisait pas, le féticheur avait également la capacité d'invoquer des créatures revenues de l'au-delà pour déchirer la chair de ses ennemis. »
Extrait du manuscrit d'Abd el-Hazir
La plupart des gens croient que les effrayants féticheurs de la race umbaru ne sont qu'une légende, mais j'en ai vu un se battre de mes yeux. Même alors, j'ai eu du mal à y croire. Il s'est débarrassé de ses adversaires avec une précision terrifiante, attaquant corps et esprit au moyen d'élixirs et de poudres qui déchaînaient feux, explosions et apparitions venimeuses. Et comme si tout cela ne suffisait pas, il avait également la capacité d'invoquer des créatures revenues de l'au-delà pour déchirer la chair de ses ennemis.
Je suis tombé sur ce tableau rare en m'aventurant loin dans les profondeurs des jungles de Torajan qui recouvrent la pointe sud du grand continent oriental, dans cette grande région qu'on appelle le Teganze. Mon but était de trouver les tribus qui y habitent. C'est une zone extrêmement reculée, et qui n'avait encore jamais été explorée par des étrangers. J'ai eu la chance de me lier d'amitié avec le féticheur que j'avais vu combattre, et, grâce à lui, avec tout son clan : la tribu des Cinq collines.

La culture des Umbarus du Teganze inférieur est fascinante, et très déroutante pour qui arrive de cieux plus civilisés. Par exemple, la tribu des Cinq collines livre fréquemment bataille contre le clan des Sept pierres et la tribu de la Vallée aux nuages, mais il s'agit là de l'observation d'un rituel et non d'une tentative de conquête. On m'avait raconté que ces guerres ont pour but de permettre à leurs vainqueurs de se réapprovisionner pour les sacrifices humains qui sont la clé de voûte de leur civilisation. Lorsque j'ai soumis, timidement, la question à mes hôtes, je dois admettre que leurs rires m'ont donné à craindre pour ma sécurité. Cependant, après bien des tâtonnements, j'ai fini par me faire une idée de ce que sont les notions de valeur et d'honneur dans leur société, et par comprendre que seules les victimes prises à la guerre sont considérées dignes de servir pour leur sacrifice rituel. À mon grand soulagement.

En discutant avec eux plus avant, j'ai découvert que ces tribus se définissent par leur croyance en le Mbwiru Eikura, que l'on peut traduire approximativement par « les Terres sans forme » (il s'agit bien sûr là d'une traduction imprécise, car ce concept est complètement étranger à notre culture et à notre langue). Cette croyance dit que la véritable réalité, sacrée et absolue, est cachée par le voile de la réalité physique que nous connaissons. Leurs cérémonies, d'une importance collective capitale, tournent autour de sacrifices dédiés à l'énergie vitale que leurs dieux transmettent de ces Terres sans forme qu'ils habitent vers notre monde physique inférieur.

Les féticheurs entretiennent un lien profond avec ces Terres sans forme, et entraînent leur esprit à en percevoir la réalité grâce à un ensemble de rites et à l'utilisation de racines et d'herbes ramassées dans la jungle. Ils appellent l'état dans lequel ils peuvent interagir avec cet autre monde la transe fantôme.

En parallèle à cette croyance en les Terres sans forme et en l'énergie vitale des dieux, le second pilier sacré de ces tribus est leur philosophie de sacrifice de soi et de rejet de l'individualisme : effacer son intérêt personnel devant le bien de la tribu. Cette idée, si étrangère à notre culture, m'a frappé, et j'aurais souhaité l'étudier bien plus profondément.

Malheureusement, une grande agitation sociale se fit jour au cœur des tribus suite à un incident lié à leur bataille la plus récente (autant que je pus le déterminer dans le chaos qui en résulta), et cette atmosphère explosive me poussa à un départ précipité.

Background

Le Féticheur, anciennement appelé Sorcier-docteur, vient des jungles de Teganze. Il utilise l'antique magie tribale qui lui donne le pouvoir sur les maladies, lui permet d'invoquer des familiers pour le servir et lui permet également de contrôler l'esprit de ses ennemis. Par ces aspects, le Féticheur est assez proche du Nécromancien de Diablo 2, même si les développeurs ne le considère pas comme tel. Le Féticheur est la seule classe de personnage à utiliser la mana comme ressource en combat.

Compétences

Les sorts du Féticheur se partagent en 3 branches : Zombie, Spirit, Voodoo. La branche Zombie permettra au Sorcier-docteur d'avoir des serviteurs sous son contrôle. La branche Spirit, elle, améliorera son potentiel magique tout en lui donnant des pouvoirs de contrôle de l'esprit, et pour finir, le Voodoo lui donnera des sorts de feu et de poison. Passez votre souris sur les différentes compétences pour en savoir plus.

ZombieSpiritVoodoo

"Vous lisez bien, j’ai effectivement utilisé le fruste nom de sorcière, et non pas d’ensorceleuse. Il semblerait que même le titre d’un adepte de la magie civilisé soit trop restrictif au goût de cette jeune parvenue."
Extrait du manuscrit d'Abd el-Hazir
En raison du peu de tolérance dont je fais preuve envers ceux qui utilisent la magie à des buts égoïstes et malveillants, nombreux sont ceux qui présument que je suis hostile à la pratique des arts magiques sur un plan philosophique. Rien ne pourrait être plus loin de la vérité : mon antipathie est réservée à ces ensorceleurs qui méprisent les traditions et savoirs antiques, savoirs qui ont été affinés au cours des millénaires afin de préserver le respect de l’autorité et le règne de l’ordre.

Tout récemment, la jeunesse de Caldeum est tombée sous l’influence des élucubrations vantardes d’une misérable sorcière de ce genre. Vous lisez bien, j’ai effectivement utilisé le fruste nom de sorcière, et non pas d’ensorceleuse. Il semblerait que même le titre d’un adepte de la magie civilisé soit trop restrictif au goût de cette jeune parvenue. Grâce à mes contacts au sein du Sanctum yshari des clans de mages, je suis l’un des rares à connaître la vérité qui se cache derrière les rumeurs qui courent dans les rues à propos de cette diablesse irresponsable qui exhibe sa magie à tout va.

Cette sorcière a été envoyée ici pour passer ses années d’apprentissage sous la tutelle des meilleurs mages du monde. Eh bien, il semble que l’on ait négligé, sur son île natale de Xiansai, de lui apprendre les manières les plus élémentaires, car elle s’est montrée grossière et peu coopérative dès son arrivée. Placée à l’origine sous le patronage du clan Zann Esu, elle a finalement été confiée aux Vizjereis dans l’espoir que leur discipline stricte et inflexible viendrait à bout de son caractère anarchiste. Mais même les très estimés instructeurs vizjereis ont échoué à la dompter. Ils la surprenaient sans cesse à fouiner à la recherche de magies dangereuses et interdites sans se soucier une seconde des conséquences pour elle-même ou ceux qui l’entourent.

Même si les rumeurs qui racontent qu’elle s’est aventurée dans les Profondeurs amères situées sous le sanctum ne sont pas fondées, on l’a effectivement surprise dans les Resserres antiques, où les incantations les plus dangereuses sont entreposées pour la sécurité du public. Lorsque le grand mage vizjerei Valthek l’a prise à part pour exiger qu’elle s’explique sur son comportement, elle a préféré s’en prendre à lui impudemment plutôt que subir le châtiment qu’elle méritait.
La tranche la plus rebelle de la jeunesse de la ville s’active à amplifier les récits déjà exagérés de cet affrontement, jusqu’à leur donner des proportions mythiques, mais je me contenterai de dire qu’elle n’a pas vaincu le mage le plus puissant d’Yshari en combat singulier dans des conditions honorables. Valthek n’ayant pas encore repris conscience, les détails de la rencontre restent vagues, mais des sources fiables ont déjà établi qu’elle avait eu recours à la ruse et à la fourberie pour abattre le grand homme. On m’a également assuré que les importants dégâts matériels étaient à imputer majoritairement à la virtuosité magique de Valthek, et non pas aux talents de cette sorcière débutante. Quand à sa position actuelle, tout le monde l’ignore, car elle a fui la ville immédiatement après l’affrontement.

Je ne cherche pas à semer la panique, mais je trouve cette situation troublante. Voilà qu’une sorcière rebelle, jeune et inexpérimentée, erre dans le monde en jouant avec des magies puissantes qu’elle ne comprend pas. Des gens plus sages que vous et moi ont établi il y a bien longtemps que certaines écoles de magies étaient trop dangereuses et en ont interdit la pratique. C’est précisément ces écoles que cette sorcière semble déterminée à explorer, des magies qui tournent autour de la manipulation des forces primitives formant le tissu même de la réalité. Imaginez : une jeunette entêtée de dix-neuf ans, capable de plier le temps lui-même à sa volonté ! La seule pensée en est véritablement terrifiante. J’espère le plus sincèrement du monde que cette sorcière autoproclamée choisira de ne jamais revenir à Caldeum.

Background

Les Sorciers, tant masculins que féminins sont rebelles, entêtés, impulsifs et très intelligents. Bien trop arrogants pour se plier aux exigence de l'autorité des écoles de magie, ils pensent avec une certaine insolence qu'ils sont beaucoup plus compétents que leur professeurs. Le changement majeur qui concerne le Sorcier dans ce nouvel épisode de Diablo est qu'il n'utilise plus la mana comme puissance magique mais une nouvelle ressource appelée l'instabilité. Les détails concernant cette ressource n'ont pas encore été dévoilés. La sorcière de Diablo 3 est une version retravaillée de l'ensorceleuse de Diablo 2.

Compétences

Les compétences du Sorcier s'articulent autour de trois branches magiques: Arcane, Tempête et Conjuration. La branche arcane permet au Sorcier de manipuler des forces qui ne sont pas reliées aux éléments comme le feu, le froid ou la foudre mais plutôt à des pouvoirs centrés sur l'altération du temps ou la désintégration. La branche tempête va conférer au Sorcier des compétences lui permettant de contrôler l'énergie électrique des cieux pour lancer de violentes tempête de neige accompagnées de vents glacials. Il pourra également se servir de cette puissance venue du ciel pour améliorer son armure et ses aptitudes. La branche conjuration quant à elle offrira au sorcier le pouvoir de faire pleuvoir des météorites sur ses ennemis. Cette branche, comme la branche Arcane, pourra être utilisée pour augmenter ou modifier d'autres sorts. Passez votre souris sur les différentes compétences pour en savoir plus

ConjuringArcaneStorm